|

20 ans d’initiatives de revitalisation
au sein de 48 collectivités


À propos du projet |

Thème Suivant


Thème 1 / Introduction

13
NOV


1

Biographies

Lili-Anna Pereša, Raymonde Beaudoin et France Brochu

 

 

Biographies

 

Lili-Anna Pereša

Ingénieure de formation et diplômée de l’École Polytechnique de Montréal en 1987, Lili-Anna Pereša est présidente et directrice générale de Centraide du Grand Montréal depuis le 1er janvier 2013. Depuis 2009, Madame Pereša dirigeait l’ensemble des activités de ONE DROP et en assurait le développement stratégique de même que le rayonnement international. Elle avait auparavant assumé la direction générale de plusieurs organismes communautaires et humanitaires, dont Les petits frères des Pauvres, de 1995 à 1999, le Y des femmes (YWCA), de 1999 à 2004, Amnesty International – France, de 2005 à 2006, et UNICEF Québec, de 2007 à 2009. Son engagement pour l’action humanitaire lui a valu de nombreuses distinctions, dont le prix du mérite du Conseil canadien des Ingénieurs (2000) et un doctorat honoris causa décerné par l’Université de Montréal (2009), en reconnaissance des services rendus à la communauté. Madame Pereša s’implique bénévolement auprès de diverses organisations, dont le conseil d’administration de l’École Polytechnique de Montréal, le comité exécutif national de la Conférence canadienne du Gouverneur général sur le leadership 2012 et le Comité de programmation du Centre des sciences de Montréal.

 

 

Raymonde Beaudoin

Raymonde Beaudoin, psychologue de formation, agit comme conseillère en évaluation de programmes depuis 2002 pour le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Elle s’est impliquée pendant plusieurs années avec la ville de Montréal dans le cadre des ententes visant la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Elle participe actuellement aux travaux d’évaluation des Alliances de solidarité et d’inclusion sociale.

 

 

France Brochu

Engagée depuis plus de 25 ans dans le mouvement communautaire, France est diplômée de l’École du Barreau. Avocate en droit social, elle s’est engagée au sein du Comité logement Rosemont pendant près de 15 ans; d’abord comme responsable du service juridique et ensuite à titre de coordonnatrice de l’organisation. De 2003 à 2009, elle a ensuite dirigé la Corporation de développement communautaire (CDC) de Rosemont. France a aussi contribué aux conseils d’administration de la Coalition montréalaise des tables de quartier et de la Table nationale des CDC. Reconnue par ses pairs pour ses 20 ans d’engagement au sein de la communauté rosemontoise, elle recevait en 2009, la médaille de l’assemblée nationale. Elle est aussi de l’école du Leadership rassembleurMCpuisqu’en 2007, France était de la première cohorte de ce programme de formation novateur initié par Centraide du Grand Montréal. Forte de ce cheminement, elle assure depuis 2009, la direction de Dynamo – Ressource en mobilisation des collectivités. Une passion qui ne cesse de grandir.

Lire livre Lire chapitre PDF Contexte PDF annexe

Pourquoi le contenu de Voices from the Field III est-il un incontournable?

Parce que cet ouvrage permet un regard et un engagement critique face aux défis que nous avons à relever et une posture réflexive quant aux apprentissages et aux leçons apprises. Il s’agit d’un regard pertinent qui ouvre la conversation pour mieux aller de l’avant.


Pourquoi le contenu de Voices from the Field III est-il un incontournable?

Cet ouvrage permet un regard et un engagement critique face aux défis que nous avons à relever et une posture réflexive quant aux apprentissages et aux leçons apprises. Il s’agit d’un regard pertinent qui ouvre la conversation pour mieux aller de l’avant.

Bien que cette étude ait eu lieu aux États-Unis, et que le contexte communautaire n’y soit pas le même dans sa structure, beaucoup d’aspects se ressemblent dans leur essence, notamment au niveau des objectifs poursuivis par ces initiatives (contrer la pauvreté et les inégalités, améliorer la qualité de vie des personnes les plus vulnérables).

Il est donc possible d’apprendre des similarités indéniables qui existent entre nos expériences réciproques : mobilisation, collectivités, organismes de soutien, acteurs, arrimage, évaluation, apprentissages, leçons à retenir et aspects pour soutenir le travail collectif.

Alors, afin de faciliter l’accès au livre traduit, le comité a décidé de partager le contenu au moyen d’un blogue. Ce médium nous offre une plateforme idéale pour diffuser les chapitres du livre, un à la fois, en format téléchargeable et pour créer un espace d’échange et de discussion servant à réagir au contenu du livre.

Vous êtes conviés à contribuer et à enrichir, chacun à votre manière, la conversation autour de la mobilisation des collectivités.

 

20_48 n’attend plus que vous!

discutons-en

10 commentaires pour le thème "Introduction "

    Quoi dire de plus qu’impatiente de connaître la suite! Bravo pour l’initiative porteuse de sens!


    Rédigé par : Véronique Pressé | le 23 novembre 2013 à 10:39 |

    Une chose qui frappe au tout début quand on lit le chapitre 1, ce sont les montants d’argent qui ont été investis dans ces 48 initiatives – on parle de 10 milliards $ sur 20 ans, toutes sources (publiques et philanthropiques) confondues.

    Ici au Québec, le soutien aux initiatives de mobilisation locale serait peut-être plus récent, donc il est difficile de comparer… Je me demande quand même si on a essayé de faire le calcul de tous les montants investis pour soutenir ce type d’initiatives ici, qu’elles aient des cibles de changement très larges ou plus centrées autour d’une question particulière. Je serais curieuse de savoir ce que ça donne quand on additionne les investissements dans les communautés de Québec en forme, d’Avenir d’enfants, des Alliances pour la solidarité, des Centraide qui sont dans ce type de soutien, de certaines mesures de santé publique, de la part des financements MESS-Ville qui soutiennent des initiatives de mobilisation, etc, etc…

    Est-ce que quelqu’un aurait des pistes de réponse?


    Rédigé par : Nancy Pole | le 21 novembre 2013 à 20:48 |

    Bravo pour cette initiative ! J’étais présente lors de l’activité Jongler avec la complexité et c’est vrai que la présentation de Mme Kubisch nous a donné le goût d’aller voir plus loin. Dynamo a tenu sa promesse de rendre le bouquin plus accessible chez nous en le traduisant et nous permet d’aller encore plus loin en ouvrant les échanges. C’est une aventure à suivre avec intérêt.


    Rédigé par : Mireille Giroux | le 16 novembre 2013 à 11:27 |

voir les autres commentaires
sur twitter